NEVERMORE

Paul Manaté

2012 – 30′

 

Synopsis

Cyril, jeune légionnaire métis, revient chez lui, à Tahiti, après une longue et lointaine mission militaire. Il revoit sa famille, ses amis…

 

 

Fiche technique

Comédiens

Cyril : Raimana Tumahai / Sophie : Revatua Rossoni / Teva : Nephi Temahuki / Le père : Gérald Mingo / La grand-mère : Tapeta Manate

Scénario et réalisation

Paul Manaté

Equipe technique

Premier assistant réalisateur : Pierrick Vautier / Directeur de la photographie : Mathias Raaflaub / Chef électricien : Teva Juventin / Chef machiniste : Teiva Drion / Chef opérateur du son : Mathieu Vigouroux / Directrice de production et Scripte : Véronique Lamarche / Régisseuse générale : Tareparepa Teinauri / Montage image : Camille Lotteau / Etalonneur : Fred Ricci / Monteur son : Joan Cuq / Bruiteur : Javier Marin Leyton / Mixage : Yann Legay

 

Production

Une production Local Films en coproduction avec A Gauche en Montant production et Archipel Production.

Avec le soutien du Centre National du Cinéma et de l’image animée Aide au programme d’entreprise de la Région Bretagne, en partenariat avec le CNC de l’Aide à la Production Audiovisuelle et Cinématographique de la Polynésie française et de la PROCIREP et de l’ANGOA/AGICOA

 

Distribution

Local Films 50/52 rue du faubourg Saint Denis 75010 Paris (France) –
Tel: +33 (0)1.44.93.73.59 / Fax: +33 (0)1.44.93.70.33
Visa d’exploitation n° 131.960
Film disponible en DCP et DVD
© Local films / A Gauche en Montant Production / Archipel Production / Dépôt légal 2013

 

Festivals

INDE Festival Kashish mai – 2014

CLERMONT-FERRAND Festival International du court-métrage 2013 / Films en Région

 

Paul Manaté

A partir de 1996, Paul Manaté réalise trois documentaires musicaux :
Cosmic Funk pour Paris Première, Abbey Lincoln is, qui sera diffusé sur Paris Première, Arte, Rai, RTBF et RFO, puis Terry Callier, pour Paris Première, RFO et RTBF.Il est le réalisateur de quatre courts métrages de fiction : Ina (1999), sélectionné à Villeurbanne, Rotterdam et Téhéran… Mes quatre mots (2009), A l’arraché (2010) dans « la collection pique sa crise », Préachat et diffusion Canal +, sélectionné à Clermont-Ferrand 2010 hors competition et à la Semaine de la Critique Cannes 2010. Nevermore est son quatrième court métrage.

Quelques mots du réalisateur…

Métis, « demi » disent les Tahitiens
Ce film part de l’envie de scruter le trouble identitaire d’un héros ambigu et « indécis », écartelé entre ses deux cultures. Il y avait aussi la nécessité organique, pour moi qui suis né là-bas, de filmer Tahiti et les Tahitiens comme un pays singulier mais néanmoins banalement humain, et donc possiblement dramatique.

Le récit est celui d’une réadaptation, d’une réappropriation de l’espace et du temps dans une parenthèse déambulatoire à la fois géographique et sentimentale. Comme s’il cherchait à retrouver ses marques, Cyril circule dans un mouvement instinctif et chaotique qui ressemble à la fois à une fuite et à une (re)découverte.

Tahiti est une île isolée du monde dans laquelle Cyril glisse et tourne en rond, en quête de ces liens, évidents et naturels, ludiques et enfantins, que son exil a inexorablement dénoués.
Complexité des rapports, confusion des liens. Les dialogues paraissent butter les uns contre les autres, les questions ne trouvent pas de réponses claires, où les langages eux-mêmes s’entremêlent pour égarer la vérité. Cyril reste aussi un mystère…

L’exil est une ouverture au monde qui remue et transfigure en profondeur, inconsciemment. Jusqu’à dénaturer et déshumaniser ? Les questions identitaires se résument trop souvent à une réflexion ethnique. Le parcours mélancolique de Cyril, incapable de se réinvestir dans sa vie, est celui d’un jeune homme qui grandit mais aussi celui d’un fantôme qui rode et fonctionne comme un « corps » devenu insensible et extérieur à la réalité d’un monde devenu absurde et incompréhensible. Un animal hybride inquiétant, « atomique », qui, comme la société polynésienne, a perdu son innocence et cherche encore le chemin de son identité.